Actualités Lego

Accueil Actualités Lego Architecture, LEGO, photographie, ou réalité ?

Architecture, LEGO, photographie, ou réalité ?

En poursuivant notre liste de ceux qui changent le monde en LEGO, nous avons eu le plaisir de découvrir et d’interviewer Domenico FRANCO.
Il s’est fait connaître il y a quelques années en nous faisant découvrir une autre Rome, où nous pouvions rencontrer à l’angle d’une rue des camions, voitures et autres pelleuteuses LEGO. Il insérait les véhicules de la marque dans notre quotidien avec un rendu époustouflant.

Il nous présente aujourd’hui son nouveau projet tout aussi troublant de réalisme.

Interview avec celui qui augmente notre réalité avec des LEGO. (Traduit de l’anglais – oui, on parle beaucoup de langues chez Touteslesbriques.)

Pourriez-vous vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle Domenico FRANCO et je suis une personne qui au cours du dernier demi-siècle n’a jamais oublié de rechercher le côté ludique de la vie dans ses activités. En ce moment mon travail est de «construire» l’architecture.
Je suis amoureux de Rome, où j'habite, mais mon premier amour a été les briques LEGO, j'ai joué avec elles jusqu'à ce que je sois adolescent, lorsque j'ai abordé la photographie.
En 1999, revenant d'un voyage au Danemark, j'ai redécouvert ma première passion et j'ai cherché sur le Web (avec un vieux modem 14k) d'autres AFoL. A cette époque nous n'étions que 20 sur le Web en Italie et ensemble nous avons créé ItLUG (dont j’ai créé le logo) qui compte aujourd'hui des centaines de personnes en Italie.

Vous souvenez-vous de votre premier set Lego? Et le plus important pour toi?

Je ne me souviens pas exactement mais c'était probablement une des séries Minitalia. J'ai longtemps construit avec ces briques LEGO de série B. Le set le plus important pour moi était définitivement le châssis de voiture 8860 que j'ai reçu à Noël en 1981, le set le plus désiré de ma vie. Je me souviens encore de la boutique où je suis allé avec mon père pour l'acheter et du plaisir de la première construction. J'étais intrigué par le thème Technic: engrenages, essieux, poutres; construire quelque chose en travaillant avec un petit assortiment de pièces était tellement excitant. J'ai également construit une architecture avec des briques Technic en les utilisant comme piliers et poutres pour explorer le comportement d’une structure.

Chassis LEGO 8860 by Domenico FRANCO
Le premier ensemble que j'ai acheté après l'âge sombre était l'élégant Unimog 8848 rouge en 1999. Un autre thème que j'ai beaucoup aimé était l'espace, j'adorais imaginer des aventures lointaines. Bien sûr, j'ai aussi construit beaucoup de maisons, comme tout le monde le fait.

Space transport (1979) - Wrong landing by Domenico FRANCO

Lego a-t-il été déterminant pour votre carrière? (l'architecte est une version un peu plus sérieuse du constructeur de Lego)

Les briques LEGO m'ont aidé dans mes études et ma carrière, mais le plus important est que LEGO m’a aidé à construire ma «forma mentis», tout ce qui m'entourait était composé de petites pièces et je devais comprendre comment cela fonctionne pour optimiser le nombre de pièces: planification de la journée ou construction d'un bâtiment; tout est un jeu imbriqué.
Je suis également reconnaissant à LEGO de m'avoir appris la technique de l'abstraction : quand je vois une brique 2x4, je regarde une voiture ou un bâtiment ou un bloc ou des meubles; Je suppose que les constructeurs de génération plus récentes perdent cette compétence fondamentale en raison du moulage continu de nouvelles pièces détaillées.

Utilisez-vous Lego dans votre carrière d'architecte? Ou juste pour le plaisir?

J'ai des briques LEGO sur mon bureau et je joue avec elles quand j'ai besoin d'une pause dans mon travail. Sous mon bureau, j’ai un tiroir avec des briques et plaques … prêt à jouer!

Le plus grand bâtiment de Lego que vous avez construit?

Eh bien, au cours de la dernière décennie, les plus grandes créations que j'ai construites, ou que j’ai même conçues, n'étaient pas des bâtiments, mais des mosaïques géantes de 12 m² (plus de 43 000 briques)
Domenico FRANCO
Jusqu'au développement du projet «City Playground» je ne me suis pas défini comme un grand bâtisseur de MOC. Avec le chapitre «Derrière le mur» j'ai commencé à faire mes propres créations en utilisant beaucoup de briques et plaques LEGO de base: la construction de «sections coniques» est la plus grande.

Vous avez mixé 2 séries de photos. Pourriez-vous nous parler de la genèse de ces œuvres? Comment avez-vous eu l'idée de mélanger la photographie, le Lego et l'architecture réelle dans votre travail? Voyez-vous une structure Lego lorsque vous regardez un bâtiment?

Une partie de mon activité professionnelle a concerné la réalisation de photomontages pour les études d'impact environnemental : ajout sur photo du modèle développé en 3D.
En 2014, je me suis lancé un défi: je me suis demandé si je réussirais à ajouter une photo dans une autre photo, en respectant les règles de perspective et les conditions d'éclairage, ce qui était beaucoup plus difficile que d'ajouter un modèle 3D. Je me suis également inspiré du travail "In Pieces" que l'artiste new-yorkais LEGO Nathan Sawaya a réalisé avec le photographe Dean West. Ce fut d’ailleurs un grand plaisir de savoir que Nathan - que j’ai rencontré à l'ouverture de l'exposition romaine en octobre 2015 - connaissait mon travail et l'appréciait.
Mon projet original «LEGO hors LEGOLAND» a touché deux thèmes principaux: la ville contemporaine et le sens de la photographie contemporaine dans notre société surexposée. De nos jours, nous avons une énorme quantité de photos de Rome et une énorme quantité de photos de LEGO (belles et laides) auxquelles nous prêtons souvent peu d'attention et oublions rapidement, la mienne était une expérience où je voulais filmer Rome d'un point de vue trivial, intégrant des éléments troublants: de véritables véhicules LEGO. Cette intégration a produit une plus grande attention envers la photographie elle-même: les observateurs s'y attardent, ils ne les parcourent pas rapidement comme dans les flux instagram.

Domenico FRANCO
Domenico FRANCO
Domenico FRANCO
L'objectif était de transformer des contextes ordinaires et des photos ordinaires en des contextes extraordinaires, obligeant ainsi les jouets à sortir des paysages idylliques et politiquement corrects, appartenant à leurs villes parfaites et idéalistes (par exemple le thème LEGOLAND), avec pour résultat de leur inculquer les vices, vertus et désirs typiques des êtres humains.
Dans les années 70, le thème LEGOLAND a aidé les enfants de ma génération à planifier leurs villes idéales: aucune douleur, aucune cruauté, et le respect de l'environnement et du développement durable auraient dû inspirer les générations futures. Après 40 ans, ces photos sont une sorte de test final: leurs villes idéales sont toujours des rêves. Sur mes photos, les véhicules LEGO mettent en évidence cet écart.
Domenico FRANCO
En 2017, «LEGO hors de LEGOLAND» est devenu le premier chapitre d’un projet ambitieux en cours d’ « aire de jeu urbain ». Lorsque j'ai publié le deuxième chapitre «Ferme familiale urbaine» où l'emblématique ferme familiale Fisher-price, vielle et usée devient un repère pour remplir les espaces vides, ou pour mettre en valeur des lieux oubliés ou minables faisant réfléchir les gens sur la transformation spontanée de la ville contemporaine, réinventant à chaque fois, comme le font les graffitis, l'espace urbain de Rome.

Domenico FRANCO
Dans ces deux chapitres, j'ai ajouté quelque chose à la ville alors qu'en 2019, avec le troisième «Derrière le mur», j'ai soustrait, sculptant des bâtiments au moyen d'une opération booléenne.
Domenico FRANCO
Domenico FRANCO
Au cours de ces six années, j'ai affiné et accéléré la technique pour faire correspondre la perspective et l'éclairage entre la photo d'arrière-plan et la photo de jouet, mais il est toujours complexe d'obtenir un résultat précis, cela pourrait se résumer comme suit: prendre une bonne photo; avec Blender j'analyse l'image et j'obtiens le point de vue correct; Je conçois virtuellement le modèle en utilisant uniquement des plaques 1x1 (c'est le plus partie créative du processus); Je construis physiquement le modèle au moyen de briques et de plaques blanches (c'est la partie la plus amusante du processus).
Domenico FRANCO
Ensuite, il faut étudier la trajectoire du soleil pour planifier l'heure de prise de vue et configurer tous les éléments pour la photo finale du jouet; la fin du travail se fait dans Adobe Photoshop.

Domenico FRANCO

L'ensemble du processus peut durer 2/3 semaines par photo.

Comme vous pouvez le voir, les modèles utilisés dans les deux photos publiées dans ce chapitre ont la même technique de construction: l'ancien «plot sur le dessus» en hommage à l'art des premiers artistes LEGO et également une référence au PC primitif basse résolution de ma génération (les années 80) dans laquelle il fallait imaginer un cercle avec juste quelques gros pixels. Ce choix permet une intégration encore plus percutante.

Pourriez-vous nous dire si vous allez continuer à faire des travaux Lego comme ça? Si oui, pourriez-vous nous en dévoiler un peu?

Pendant cette période de confinement passée à la maison, j'ai trouvé le temps et l‘inspiration pour poursuivre le projet «derrière le mur»; depuis vingt ans maintenant une séquence d'événements dramatiques a miné le concept de ville: terrorisme, crise financière, pollution et maintenant pandémie. Peut-être que la ville n'est pas le conteneur approprié de notre vie.
J'ai sculpté un mur aveugle, une relique silencieuse et ignorée des travaux de démolition effectués il y a 70 ans pour adapter les petites rues Renaissance de Rome à la circulation automobile massive. Aujourd'hui, je travaille sur une autre photo et je les publierai bientôt sur mon compte Behance et Instagram.

Pour en savoir plus sur le travail de Domenico Franco ou pour le contacter, allez sur son site personnel

Partager cet article: